Centre aquarécréatif de Tulle ACCÈS SITE DE LA VILLE DE TULLE
A-A

Quand les sculptures du musée font peau neuve !


Le musée du Cloître présente deux sculptures provenant de ses collections médiévales qui ont pu bénéficier d’une étape de restauration en 2016, et ont ainsi « fait peau neuve ».

Lorsque nous admirons les œuvres aujourd’hui dans les musées, qu’il s’agisse de tableaux, de sculptures ou d’objets, nous les pensons souvent à l’abri du temps, bien protégées sous leurs vitrines. C’est en partie vrai dans la mesure où le musée, garant de la transmission de ses collections aux générations suivantes,  entoure ses œuvres des meilleures conditions possibles. Mais en partie seulement car le musée n’arrête pas le temps ! Les œuvres sont faites de matériaux qui vieillissent ou parfois ce sont les facteurs environnementaux (température, humidité, lumière, insectes) qui ont causé des dégradations qu’il est nécessaire de réparer. Parfois les dégâts ont été faits avant l’arrivée des œuvres au musée, le résultat de manipulations peu soigneuses ou à de mauvaises conditions de stockage antérieures.

Le musée se préoccupe de l’état de conservation de ses collections et programme, lorsque c’est nécessaire, des actions de restaurations.


-La Statue dite du moine Gérald est une grande sculpture en grès est entrée dans les collections du musée  par don du docteur André Mazeyrie, fondateur du musée, à une date antérieure à 1937. Il identifia alors  le personnage représenté : Gérald  de Laffaux, un moine de l’abbaye Saint Martin de Tulle vivant au XIe siècle, moine bâtisseur de l’église St Julien de Tulle.  Le vêtement caractéristique, le livre ouvert et le bonnet noué sous le menton coiffe traditionnelle des bâtisseurs, confirment cette identification. 
Selon l’historiographie locale, cette sculpture ornait le porche de l’église Saint-Julien, petite église dans l’enclos abbatial, à proximité immédiate au nord de l’église cathédrale. Détruite au cours de la période révolutionnaire, cette sculpture est le seul vestige connu de cet édifice religieux.

Interventions réalisées :
 
  • Dépoussiérage
  • Consolidation de la cassure au niveau du buste afin d’envisager un déplacement futur de la sculpture.
  • Nettoyage et retrait des restes de chaux sur le vêtement, le livre et le visage
  • Retrait des restaurations anciennes au ciment au niveau du visage
  • Retrait du joint au niveau de la taille  - injection de colle – reprise du bouchage
  • Reprise du remontage des mains et consolidation
  • Fixation des vestiges de polychromie (présence de rose pour les carnations ou de marron pour le vêtement





-La tête dite de « la Bernardine » est une tête sculptée retrouvée rue du Fouret à Tulle. Le style et la finesse de la sculpture, le matériau, la présence d’un apprêt de couleur ocre identique, le décor de perles sur les bords des coiffes sont autant de points communs entre cette tête et une autre conservée au musée Labenche à Brive et retrouvée au meme endroit. Ils permettent d’affirmer qu’elles appartenaient à un même ensemble comportant au moins deux personnages sculptés.

Interventions réalisées :
La restauration a permis de retirer l'épaisseur de plâtre qui avait été rajoutée en comblement à la base du cou et le soclage ancien, instable. La tête possède désormais un socle permettant sa mise en valeur.






Entrée libre
Mairie de Tulle - 10 Rue Félix Vidalin - BP 215 - 19000 Tulle - Tél. 05 55 21 73 00 / Du lundi au jeudi 8h30-12h/13h30-17h30 / Vendredi 8h30-12h/13h30-17h
Service Culture et Coopérations : Agnès Gameiro-Delteil
© comevents